Publié par

Manger sainement

Comment bien manger

Comment manger sainement ?

Tous les médecins et nutritionnistes s’accordent aujourd’hui sur le « bien se nourrir » que l’on peut résumer par : moins de produits raffinés, moins de produits transformés, moins de produits sucrés, moins de produits salés, moins de mauvais gras, sans oublier la réduction des plats industriels et des pesticides dans les aliments.

Autrement dit « bien se nourrir » c’est choisir des « bons aliments » pour son assiette.

Cependant ne pas oublier que manger sainement c’est aussi :

  • « Prendre » véritablement son repas c’est-à-dire prendre le temps nécessaire pour mastiquer, afin de bien digérer mais aussi de mieux maîtriser sa prise de nourriture. En effet, 15 à 20 minutes après le début du repas, la mastication permet la sécrétion d’un neurotransmetteur qui commande au cerveau d’arrêter de manger. Ce signal de satiété est aussi brouillé par les aliments gras et sucrés, certes très appétants
  • Réapprendre le véritable goût des aliments. Notre goût est en effet souvent perverti par tous les additifs/ exhausteurs de goût, arômes artificiels, émulsifiants…, uniformisant les aliments. Redécouvrir les goûts en fonction des terroirs, des saisons… participe aussi au bien se nourrir
  • Cuisiner le plus possible. Faire la cuisine permet de prendre soin de soi et des autres, d’entrer en contact avec l’aliment, le transformer…
  • Partager. Rien de tel qu’un repas pris dans une bonne ambiance conviviale

Bien se nourrir : quelques habitudes à mettre en place au quotidien

  • Faire un repas plus riche le matin que le soir. Retenir l’adage « le matin un repas de roi, à midi un repas de prince et le soir un repas de pauvre ».
  • Mâcher longuement les aliments. On évite ainsi les problèmes de digestion, on apprécie les saveurs et on met en route les signaux de satiété.
  • Manger le plus frais possible. Oui aux produits locaux, de saison ; transport, stockage, conservation… nuisent à la qualité des aliments. Une nouvelle façon de faire ses courses, une nouvelle organisation… pour son bien-être.
  • Préférer les fruits crus en dehors des repas. Pris pendant les repas, ils ralentissent la digestion. Pensez-y vers 10 -11h et 17-18h.
  • Consommer les aliments crus en début de repas. Ils déclenchent alors des enzymes digestives bienfaitrices.

En Pratique

Petit-déjeuner riche en protéines
Thé de qualité, chicorée ou infusion + au choix :

  • 2 œufs coques
  • riz complet aux raisins de Corinthe + fruit de saison
  • 1 préparation ERGYNUTRIL ou VÉGÉNUTRIL + 1 fruit de saison à 10h
  • ½ yaourt de soja + 2 cuillerées à café de farine d’orge fraîchement moulue + raisins de Corinthe + graines de courges bio + fruit de saison

Déjeuner
Crudités de saison (assaisonnement : huile vierge première pression à froid + vinaigre de cidre…)
Légumes cuits à la vapeur (légumes biologiques ou du jardin, consommer de préférence les produits de saison).
Une protéine au choix (cf. ci-dessous)

Goûter
En général, réservé aux enfants et aux adolescents :
Fruits frais ou séchés, céréales semi-complètes ou complètes bio, oléagineux…

Dîner
Repas léger, pris tôt, sans viande pour limiter les putréfactions et les troubles du sommeil.
Privilégier les poissons gras et les protéines végétales.
Suivant l’appétit et la saison : crudités + légumes + céréales, ou potage de légumes aux céréales, ou salade composée…

Si besoin de sucré en fin de repas, pensez aux fruits cuits, infusion, crème à base de lait végétal, tarte maison aux fruits…

Source:https://www.nutergia.com/fr/nutergia-votre-expert-conseil/conseils-nutritionnels/pour-tous/comment-manger-sainement.php

Publié par

Bissap

Bissap livraison a domicile

L’hibiscus sabdariffa (aussi appelé roselle ou oseille de Guinée, Bissap au Sénégal ) est la plante la plus souvent utilisée pour faire l’infusion d’hibiscus. Les calices de la fleur sont d’abord séchés puis portés à ébullition pour faire une infusion. Elle peut être consommée chaude ou froide, selon la préférence de chacun. Beaucoup de boissons traditionnelles sont faites à base de cette plante, comme l’agua de Jamaica au Mexique, mais celles-ci sont souvent très sucrées et donc moins bénéfiques à la santé. Nous vous proposons ici 8 raisons de faire de l’infusion d’hibiscus votre tisane favorite !

Bissap Vimto

1- Diminution de la tension artérielle
Plusieurs études suggèrent que l’infusion d’hibiscus réduit la tension artérielle très efficacement, même chez les personnes ayant des problèmes de santé qui augmentent leur risque d’hypertension artérielle.

Une étude menée en 2013 a trouvé que l’infusion d’hibiscus est utilisée dans une dizaine de pays comme un traitement naturel contre l’hypertension artérielle, sans preuves d’effets secondaires nocifs – mis à part lors d’une consommation excessive. D’autres études sont arrivées à la même conclusion, et ont confirmé l’idée que l’hibiscus peut diminuer la tension artérielle de sujets à risque d’hypertension, ou avec une hypertension légère.

Une donnée importante est que ces résultats se confirment chez les personnes diabétiques. En effet, une étude a trouvé qu’au bout de seulement 4 semaines, les participants diabétiques avaient une tension artérielle moins élevée en consommant de l’infusion d’hibiscus quotidiennement. La dose journalière recommandée était de 3 verres.

Une autre étude a trouvé que l’infusion d’hibiscus pouvait même être plus efficace que l’hydrochlorothiazide, une molécule largement utilisée contre l’hypertension artérielle, et n’avait pas le désavantage de provoquer des déséquilibres électrolytiques.

2- Maintien d’un bon niveau de cholestérol et de triglycérides
L’hibiscus peut aider les individus avec de la dyslipidémie à mieux équilibrer leur niveau de cholestérol et de triglycérides. De plus, il s’agit de deux facteurs à risque du syndrome métabolique, un ensemble de symptômes qui peuvent avoir des effets particulièrement néfastes sur la santé des individus. Une étude a montré que l’extrait d’hibiscus était un excellent remède naturel pour réduire le cholestérol et les triglycérides chez les personnes souffrant de syndrome métabolique.

Comme pour la tension artérielle, les effets de l’hibiscus sur les lipides du sang concernent également les individus diabétiques. En effet, une étude de 2009 a trouvé une augmentation du bon cholestérol HDL, et une diminution autant du mauvais cholestérol LDL et des triglycérides lorsque les patients souffrant de diabète buvaient de l’infusion d’hibiscus 2 fois par jour.

Bissap livraison a domicile

3- Prévention du stress oxydant
L’infusion d’hibiscus est pleine d’antioxydants qui luttent contre le stress oxydant provoqué par les radicaux libres. Ceci est dû aux anthocyanes qui se trouvent dans la plante, les pigments naturels qui donnent à la fleur sa couleur rouge.

Une étude a trouvé que la consommation d’infusion d’hibiscus augmentait la charge d’antioxydants dans le sang, et réduisait la quantité de composés qui contribuaient au stress oxydant. Puisque les participants avaient des quantités élevées d’acide hippurique, les chercheurs ont conclu que les polyphénols de l’hibiscus avaient été transformés par le microbiote intestinal (10).

4- Prévention de certains cancers
L’hibiscus est de plus en plus étudié en relation avec ses effets sur le cancer. Une étude en laboratoire a trouvé que l’extrait d’hibiscus pouvait tuer des cellules leucémiques. Les mécanismes à l’origine de cet effet ne sont pas encore connus, mais les résultats sont prometteurs.

Des résultats similaires ont été trouvé en relation avec le cancer de l’estomac.

5- Réduction de l’obésité et des risques qui l’accompagnent
Les antioxydants de l’hibiscus protègent les cellules, mais d’autres composés de cette plante peuvent aussi encourager la perte de poids et minimiser les problèmes de santé liés au surpoids et à l’obésité. Il existe plusieurs études qui ont trouvé un lien entre l’infusion d’hibiscus et un métabolisme plus rapide. L’extrait d’hibiscus peut même diminuer l’absorption d’amidon et de saccharose suite à un repas.

Boire de l’infusion d’hibiscus au moins une fois par jour peut aider à lutter contre la résistance à l’insuline, un signe commun du pré-diabète. En effet, cette infusion peut aider à maintenir un bon taux de glycémie chez les individus diabétiques.

Une autre maladie liée à l’obésité est la stéatose hépatique non alcoolique, une surcharge en graisse du foie sans rapport avec la consommation d’alcool. Des études ont suggéré que l’infusion d’hibiscus est bonne pour la santé du foie en empêchant l’accumulation de graisses dans celui-ci qui peut mener à la cirrhose, le cancer du foie et l’insuffisance hépatocellulaire.

6- Antidépresseur naturel
L’infusion d’hibiscus fait partie des remèdes naturels contre la dépression, en luttant contre certains signes de celle-ci tels que la fatigue, le désespoir, le manque de motivation, etc. Il s’agit d’un nouveau champ de recherche, mais des études ont prouvé que certains bio-flavonoïdes qui se trouvent dans la fleur d’hibiscus pourraient lui permettre de lutter contre la dépression.

7- Remède contre l’infection staphylococcique
Les extraits d’hibiscus rosa sinensis, une des plantes parfois utilisée pour faire l’infusion d’hibiscus, a des capacités antibactériennes, notamment contre le staphylocoque doré.

8- Prévention des calculs rénaux
Puisque l’infusion d’hibiscus est un diurétique, il est étudié en relation avec le système rénal et le système urinaire. Une étude a trouvé que cette infusion permettrait de réduire l’apparition de composés participant à la formation de calculs rénaux.

Effets secondaires et contre-indications
L’infusion d’hibiscus est nocive pour le foie si elle est prise en très grandes quantités. Cependant, la toxicité de l’hibiscus apparaît à des doses tellement élevées qu’il serait difficile d’en consommer autant sous en infusion. Il est généralement recommandé de consommer entre 3 et 8 tasses de 225 ml par jour.

Bissap en ligne livraison Dakar

Le plus grand problème est l’effet de l’infusion d’hibiscus chez les femmes enceintes. De fait, l’infusion d’hibiscus est emménagogue, c’est-à-dire qu’elle peut provoquer l’apparition des règles. Cet effet peut être potentiellement bénéfique pour les femmes avec des règles irrégulières, mais peut provoquer des naissances prématurées lorsque cette boisson est consommée par les femmes enceintes. De manière générale, il est aussi déconseillé de la consommer au moment de l’allaitement.

Publié par

Gingembre

Ginger - Gingembre

Bien qu’il soit surtout connu pour ses propriétés aphrodisiaques, le gingembre dissimule bien d’autres vertus médicinales et thérapeutiques ! Anti-nauséeux, anti-inflammatoire, antibactérien, antioxydant… Voilà un aperçu des mille et une indications de cette plante herbacée dont on retrouve des traces 3 000 ans en arrière dans des écrits chinois et indiens. Aujourd’hui, c’est surtout son rhizome qui est consommé sous de multiples formes : frais, séché, en poudre, en gélule, en tisane… Partons à la découverte des bienfaits du gingembre sur la santé.

Que contient le gingembre ?

Connaître la composition du gingembre est utile pour comprendre ses multiples indications thérapeutiques. Pour commencer, cette plante séculaire est naturellement riche en minéraux tels que le phosphore, le manganèse, le fer, le calcium, le sodium ou encore le magnésium. Mais son exceptionnelle richesse ne s’arrête pas là puisqu’il est incroyablement pourvu en vitamines (C, B1, B2 et B3). Son rhizome, lui, renferme des lipides, des protéines, des glucides et de l’amidon. Bref, de quoi constituer un parfait petit cocktail santé !

Favoriser la digestion

Il s’agit probablement de l’atout majeur du gingembre. Stimulant naturel du métabolisme, le rhizome aurait une action sur la production biliaire et stimulerait l’activité enzymatique impliquée dans le mécanisme digestif. Résultat : la digestion s’opère plus rapidement. D’autre part, la consommation régulière de gingembre assure l’équilibre de la flore intestinale, soulage le tractus digestif et favorise la digestion des graisses. C’est d’ailleurs pour cela qu’il possède la réputation d’être un condiment « brûleur de graisses ».

Réduire les nausées

Riche en gingérols et en shogaols, le gingembre est reconnu officiellement par l’Organisation Mondiale de la Santé comme un composant naturel antiémétique, c’est-à-dire efficace pour lutter contre les nausées et les vomissements. Une vertu qui réjouit toutes les femmes enceintes qui sont sujettes à ce type de troubles au cours de leur grossesse. Mais son champ d’application va au-delà puisque le rhizome est également utilisé pour atténuer les vomissements consécutifs à un traitement chimiothérapeutique.

Atténuer les douleurs

Parmi les anti-inflammatoires 100 % naturels, demandez le gingembre ! Moins connu que les autres, ce bienfait santé est pourtant avéré. Arthrites, rhumatismes, tendinites, lombalgies… De nombreux maux peuvent être soulagés par cette plante ancestrale. En effet, le gingembre altère la sécrétion des prostaglandines. Or, cette hormone est impliquée dans la mise en œuvre du processus inflammatoire.

Lutter contre la fatigue

Particulièrement riche en vitamines, en oligoéléments et en sels minéraux, le gingembre a su s’imposer parmi les principaux tonifiants naturels vendus dans le commerce. Dotée de propriétés stimulantes et revitalisantes, cette plante est particulièrement indiquée en cas de baisse de tonicité passagère. C’est également un excellent antiviral et antibactérien qui permet de renforcer les défenses immunitaires et, ainsi, d’éviter les affres des maladies hivernales.

Comment se consomme-t-il ?

Pour bénéficier des différents bienfaits du gingembre sur votre santé, il est conseillé d’en ingérer quotidiennement. Râpé, infusé, saupoudré… À vous de choisir sous quelle forme vous le préférez ! Si vous optez pour un usage interne, la poudre, la teinture et la tisane sont à privilégier. Bien entendu, vous pouvez également le consommer frais en l’accommodant dans vos petits plats. Pour un usage externe, l’huile essentielle de gingembre et la teinture mère seront plus indiquées.

Les précautions d’emploi

Le gingembre peut être consommé par tout le monde et à toute heure de la journée à partir du moment où le dosage thérapeutique est respecté. Cependant, certaines contre-indications à sa consommation existent. Ainsi, il ne faut pas ingérer de gingembre avant une intervention chirurgicale, car c’est un anticoagulant. En cas de prescription médicale, pensez à avertir votre médecin traitant de votre consommation de gingembre afin qu’il vérifie les interactions médicamenteuses possibles. Si vous êtes enceinte, il convient d’obtenir un avis médical préalable avant de tester ses vertus.

Attention ! De fortes doses de gingembre pourraient interférer avec les médicaments pour le cœur et les médicaments pour le diabète.

Publié par

Courge

Les variétés de Courges

Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. Bien que la partie comestible de la courge renferme plusieurs composés antioxydants, des chercheurs ont observé que les graines auraient une activité antioxydante encore plus élevée que la chair.

La courge contient une grande quantité de bêta-carotène, soit 3 025 μg pour 125 ml (1/2 tasse). À titre de comparaison, une carotte moyenne en contient 4 157 μg. En plus d’être une source de vitamine A pour l’organisme, le bêta-carotène aurait aussi un pouvoir antioxydant et pourrait améliorer certaines fonctions du système immunitaire. Toutefois, en ce qui concerne la prévention du cancer, certaines nuances doivent être apportées. En effet, plusieurs études épidémiologiques ont observé une association entre la consommation d’aliments riches en bêta-carotène et une diminution du risque de certains cancers, mais l’effet de suppléments de bêta-carotène n’a pas toujours apporté des résultats bénéfiques. Il demeure judicieux de privilégier des aliments contenant du bêta-carotène plutôt que des suppléments, puisque ces aliments renferment naturellement une foule d’autres substances pouvant apporter des bienfaits sur la santé.

La courge contient une bonne quantité de lutéine et de zéaxanthine, deux autres composés antioxydants de la famille des caroténoïdes. 125 ml (1/2 tasse) de courge cuite renferment 1 533 μg de lutéine et de zéaxanthine. À titre de comparaison, 250 ml (1 tasse) d’épinards crus, un légume considéré comme très riche en ces caroténoïdes, en contient 3 867 μg. La lutéine et la zéaxanthine s’accumulent dans la macula et la rétine de l’oeil, le protégeant ainsi d’un stress oxydatif qui pourrait lui causer des dommages. D’ailleurs, les données d’une revue de la littérature scientifique indiquent qu’un apport régulier de lutéine et de zéaxanthine est associé à un risque plus faible de dégénérescence maculaire et de cataracte, deux maladies de l’oeil. De plus, on commence à penser que ces composés pourraient contribuer à prévenir certains cancers, notamment ceux du sein et du poumon, et participer à la prévention des maladies cardiovasculaires. Notons toutefois que les études sur le plan cardiovasculaire sont encore limitées et parfois contradictoires.

La courge contient des cucurbitacines. Cette famille de composés regroupe plusieurs molécules différentes dont certaines se retrouvent dans les courges. Des chercheurs ont notamment étudié in vitro les propriétés des cucurbitacines d’une courge de la variété Cucurbita andreana (courge vert foncé à raies jaunes) sur des cellules cancéreuses humaines. Plusieurs de ces composés ont diminué la croissance des cellules cancéreuses, particulièrement la cucurbitacine B. Par ailleurs, une revue de la littérature scientifique portant sur la grande famille des cucurbitacines souligne que la cucurbitacine B pourrait aussi protéger les cellules du foie contre certains composés toxiques, et aurait également des effets anti-inflammatoires. Puisque ces études sont essentiellement in vitro, ces résultats ne peuvent pas pour l’instant être appliqués à l’humain, et des chercheurs soulignent qu’il est impératif de mieux étudier ces composés afin de vérifier si certains d’entre eux ont des effets indésirables.

Quelques études chez l’animal et chez des personnes diabétiques de type 2 indiquent que le jus de courge de la variété Cucurbita ficifolia (aussi appelée courge de Siam) aurait un effet hypoglycémiant, c’est-à-dire qu’il entraînerait une diminution du glucose sanguin. Cette propriété pourrait être favorable à un meilleur contrôle du diabète. Toutefois, le mécanisme d’action pouvant expliquer cet effet n’est pas encore connu. Les chercheurs rappellent également que les résultats chez l’humain sont encore préliminaires et que des études plus poussées devront être effectuées.

La courge est une excellente source de vitamine A. Le rétinol est l’une des formes actives de la vitamine A dans l’organisme. La vitamine A est l’une des vitamines les plus polyvalentes, collaborant à plusieurs fonctions de l’organisme. Entre autres, elle contribue à la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections. De plus, elle joue un rôle antioxydant et favorise une bonne vision, particulièrement dans l’obscurité.

La courge est une source de fer pour l’homme, ses besoins étant différents de ceux de la femme. Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Il est à noter que le fer contenu dans les aliments d’origine végétale est moins bien absorbé par l’organisme que le fer contenu dans les aliments d’origine animale. L’absorption du fer des végétaux est toutefois favorisée lorsque consommé avec certains nutriments, telle la vitamine C.

La courge est une source de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

La courge est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

La courge est une source de vitamine B2. Cette vitamine est aussi connue sous le nom de riboflavine. Tout comme la vitamine B1, elle joue un rôle dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules. De plus, elle contribue à la croissance et à la réparation des tissus, à la production d’hormones et à la formation des globules rouges.

La courge est une source d’acide pantothénique. Aussi appelée vitamine B5, l’acide pantothénique fait partie d’un coenzyme clé nous permettant d’utiliser de façon adéquate l’énergie présente dans les aliments que nous consommons. Il participe aussi à plusieurs étapes de la synthèse (fabrication) des hormones stéroïdiennes, des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux) et de l’hémoglobine.

La courge est une source de vitamine B6. Aussi appelée pyridoxine, la vitamine B6 fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Enfin, cette vitamine joue un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

La courge est une source de folate. Le folate (vitamine B9) participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du foetus.

La courge est une source de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes; elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.

La courge  est une source de vitamine K pour la femme, les besoins de l’homme et de la femme étant différents. La vitamine K est nécessaire pour la synthèse (fabrication) de protéines qui collaborent à la coagulation du sang (autant à la stimulation qu’à l’inhibition de la coagulation sanguine). Elle joue aussi un rôle dans la formation des os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des carences en cette vitamine.

Publié par

Avocat

Un fruit riche en acides gras essentiels et en vitamine E

L’avocat, riche en lipides, apporte très majoritairement des acides gras insaturés bénéfiques pour la santé cardio-vasculaire

On retrouve l’avocat dans la cuisine de son pays d’origine, le Mexique, où il est utilisé comme beurre dans les tacos. Le guacamole, condiment d’avocat parfumé à l’ail et au citron vert, est bien sûr mexicain. De nombreuses variantes existent dans différents pays. Les feuilles de l’avocat sont également utilisées comme condiment. Aux États-Unis, l’avocat entre dans la préparation des sushis ou des makis. Au Vietnam, le sinh to bo (Vietnam) est un smoothie d’avocat au lait concentré. Au Brésil, la crème d’abacate en est proche, mais elle contient du jus de citron vert. L’avocat s’ajoute aussi aux sorbets et aux crèmes glacées. En Indonésie, dans l’es apokat, un café corsé remplace le lait dans cette même boisson . L’avocat se consomme généralement cru, mais il s’accommode aussi en garniture et en potage.

La consommation d’un demi-avocat (environ 100 g net) fournit plus de 8 g d’acide oléique, dont on connaît aujourd’hui le rôle favorable pour le maintien d’un taux optimal de «bon cholestérol» (le cholestérol HDL) dans le sang. Et 1,8 g (soit 10 % de la quantité recommandée quotidiennement) d’acide linoléique, un acide gras essentiel qui intervient pour faciliter la baisse du cholestérol sanguin.

Il faut souligner l’excellent rapport vitamine E /acides gras poly-insaturés dans l’avocat. On estime en effet que pour chaque gramme d’acide gras poly-insaturé, on doit trouver dans l’alimentation au moins 0,6 mg de vitamine E. Dans l’avocat, l’apport de vitamine E est pratiquement de 1 mg par gramme d’acide gras poly-insaturé, ce qui protège d’une façon optimale les acides gras poly-insaturés de l’oxydation.

Avocat - Park Nadio

On estime aujourd’hui qu’une alimentation bien pourvue en vitamine E a des effets protecteurs vis-à-vis du vieillissement cellulaire prématuré, des atteintes d’athérosclérose et même de certains cancers.

Un fruit bien pourvu en vitamines et en minéraux

La consommation d’avocat renforce efficacement l’apport vitaminique de l’alimentation. Ainsi, avec seulement un demi-avocat (environ 100 g), on peut couvrir une fraction non négligeable du besoin quotidien en vitamines : – 4 à 6 % de l’apport quotidien recommandé pour la provitamine A – 5 % pour la vitamine B1 et la vitamine B8 (biotine) – 8 % pour la vitamine B5 – 10 à 15 % pour la vitamine C, la vitamine B2, la vitamine B3 (ou vitamine PP), la vitamine B6 et la vitamine E – 18 % pour la vitamine B9 (ou acide folique).

Avocat - Un fruit bien pourvu en vitamines et en minéraux

L’avocat fournit aussi un apport non négligeable en nombreux minéraux, et notamment en potassium (dont l’effet bénéfique sur la tension artérielle est reconnu) et en magnésium, souvent présent en quantité insuffisante dans l’alimentation (100 g d’avocat couvrent 10 % de l’apport quotidien conseillé).

Publié par

Gombo

Véritable concentré en vitamines, minéraux et nutriments, le gombo fait des miracles. La preuve par sept.

Gombo

C’est un légume à la texture collante utilisé traditionnellement comme liant dans les soupes. Mais c’est surtout un aliment aux vertus nutritionnelles exceptionnelles. Une assiette de gombo cru ne dépasse pas les 30 calories, apporte 3 grammes de fibres alimentaires, 2 grammes de protéines, 57 milligrammes de magnésium, 21 milligrammes de vitamine C et contient seulement 10 milligrammes de graisses. Toutes ces propriétés font du gombo un champion en matière d’équilibre alimentaire, qu’il soit consommé cru, frit, bouilli ou en ragoût. On vous explique ses bienfaits concrets sur la santé en sept points :

Il réduit l’asthme

Le gombo fait partie des légumes les plus riches en vitamine C. Or, selon une étude publiée en 2000 par la revue médicale américaine Thorax, la vitamine C est très efficace pour lutter contre les symptômes asthmatiformes, en particulier chez les enfants. Les chercheurs ont même obtenu des résultats sur de jeunes patients asthmatiques qui ne consommaient des fruits et légumes riches en vitamine C qu’une à deux fois par semaine.

Il diminue le cholestérol

Non seulement le gombo est excellent pour le transit, mais c’est aussi un très bon régulateur de cholestérol, en partie grâce à sa forte teneur en fibres. En outre, il ne contient aucun cholestérol et très peu de graisses. A raison d’une consommation d’environ 20g de gombo par jour pendant quelques semaines, on constate une baisse significative du « mauvais » cholestérol.

Il contrôle le diabète

Dans une étude publiée en 2011 par la revue américaine ISRN Pharmaceutics, des chercheurs ont administré de l’eau à des rats dans laquelle on avait fait tremper des lamelles de gombo. Résultat : les animaux traités ont vu leur taux de sucres dans le sang significativement réduit. Depuis, le gombo est de plus en plus plébiscité par les nutritionnistes en faveur des personnes diabétiques.

Il booste le système immunitaire

La vitamine C contenue dans le gombo stimule le système immunitaire en favorisant la création de globules blancs dans l’organisme. Ce légume tout-terrain agit également comme anti-rides ! Ses antioxydants combattent l’excès de radicaux libres responsable du vieillissement tissulaire.

Il prévient les maladies rénales

Consommer régulièrement du gombo aiderait à préserver la bonne santé de nos reins. En 2005, le Jilin Medical Journal a publié une étude dans laquelle les chercheurs ont démontré que les patients qui mangeaient quotidiennement du gombo développaient deux fois moins de maladies liées aux reins, notamment chez les personnes diabétiques.

Il contribue à une grossesse saine

Le taux élevé de vitamine A, B (B1, B2, B6) et C, ainsi que le zinc et le calcium contenus dans le gombo font de lui le légume idéal à consommer pendant la grossesse. Il contient aussi de l’acide folique, élément indispensable lorsque, pendant la grossesse, les cellules se développent et se multiplient très rapidement.

Gombo Livraison a domicile
Gombo Livraison a domicile

Il soigne la fièvre

Pour soigner la fièvre grâce au gombo, deux solutions : boire une tisane préparée avec les graines sèches du gombo ou bien faire bouillir des graines de gombo en poudre. Cette dernière solution convient davantage aux enfants, à qui l’on peut administrer une à trois cuillères à soupe selon l’intensité de la fièvre.

Publié par

Oignon

Plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont démontré qu’une consommation élevée de légumes et de fruits diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. Plus spécifiquement, des études indiquent que la consommation de légumes de la famille des alliacées (oignon, ail, échalote, ciboulette, oignon vert, poireau) pourrait avoir un effet protecteur contre les cancers de l’estomac et de l’intestin. Jusqu’à maintenant, les données sont insuffisantes pour établir un lien avec d’autres types de cancers (tels les cancers de la prostate, du sein, de l’oesophage et du poumon).

Cancer. Quelques études épidémiologiques font valoir l’existence d’un lien entre la consommation d’oignon et la diminution de l’incidence de différents types de cancers. D’abord, une synthèse d’études cas-contrôles réalisées en Italie et en Suisse révèle que la consommation d’une à sept portions d’oignon par semaine diminue les risques de cancer du côlon, du larynx et des ovaires. S’ajoute à cela un plus faible risque de cancer de l’oesophage, de la cavité orale et du pharynx avec un apport de sept portions et plus d’oignon par semaine. Les mêmes tendances s’observent pour les cancers du cerveau, de l’estomac et de l’oesophage (études réalisées en Chine). Des chercheurs des Pays-Bas rapportent une relation inverse entre la consommation d’oignon et l’incidence du cancer de l’estomac. Finalement, la mortalité par cancer de la prostate serait réduite grâce à un apport élevé en oignon. Les résultats de ces études d’observation doivent être interprétés avec prudence, car ils ne tiennent pas compte de plusieurs facteurs importants, tels la variété et le mode de cuisson des oignons, ainsi que les quantités précises consommées. De plus, certaines études n’ont pas réussi à démontrer de façon significative de tels effets protecteurs contre le cancer.

L’oignon pourrait agir à différents stades de développement du cancer. En effet, les études démontrent que des extraits d’oignon peuvent inhiber les processus de mutation qui déclenchent un cancer. Ils diminuent aussi la prolifération de cellules cancéreuses. Ces résultats proviennent d’études in vitro et chez l’animal. Les composés concernés et les mécanismes d’action précis sont de mieux en mieux connus et la recherche se poursuit.

Maladies cardiovasculaires. L’oignon contient des composés qui agissent sur différents facteurs de risques cardiovasculaires. La majorité des études sur le sujet ont été réalisées in vitro ou chez l’animal, mises à part quelques études préliminaires chez l’humain. L’oignon est reconnu pour sa capacité à diminuer l’agrégation plaquettaire in vitro, activité qui est toutefois fois plus faible que celle de l’ail. Notons que l’agrégation des plaquettes dans le sang augmente le risque de thrombose et, par le fait même, de maladies cardiovasculaires. Une étude récente a révélé que l’ajout d’oignon cru à l’alimentation de porcs pendant six semaines ne modifiait pas l’agrégation plaquettaire, mais diminuait de façon significative leur taux de triglycérides sanguins. Il est à noter que les quantités utilisées dans ces études équivalent à une consommation quotidienne d’un demi à un oignon et demi chez l’humain.

Une étude préliminaire effectuée chez l’humain a indiqué que la consommation d’environ trois oignons moyens (500 g), dans une soupe, diminuait l’agrégation plaquettaire ex vivo (test effectué en utilisant le sang prélevé chez les sujets). Toujours chez l’humain, la consommation quotidienne d’environ 220 g d’oignon cuit pendant deux semaines n’a pas permis d’observer d’effets positifs sur l’agrégation plaquettaire22. Certaines études ont révélé que les oignons possédaient une moins grande activité antiplaquettaire après leur cuisson. L’activité antiplaquettaire serait en partie attribuable aux composés sulfurés et aux flavonoïdes (quercétine) de l’oignon. Ces deux composés pourraient agir de façon synergique. Les modes d’action précis restent encore à être déterminés.

Antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissemen. Les principales classes d’antioxydants de l’oignon sont les anthocyanines et les flavonols (plus spécifiquement la quercétine). Les anthocyanines donnent la couleur rouge à certaines variétés d’oignon, et les flavonols colorent les oignons jaunes. Il est à noter que ces composés antioxydants se logent surtout dans les couches externes des oignons. Les oignons blancs contiennent peu d’antioxydants comparativement à ceux de couleur jaune et rouge. De plus, les variétés d’oignons rouges ont en général un contenu en antioxydants et une activité antioxydante supérieurs aux variétés d’oignons de couleur pâle. Une étude effectuée à l’Université Cornell dans l’État de New York indique que les oignons de type Western Yellow, New York Bold et Northern Red possèdent une activité antioxydante jusqu’à huit fois supérieure à celle d’autres variétés.

Avec le thé et la pomme, l’oignon — particulièrement le jaune — est une source majeure de quercétine. La quercétine de l’oignon serait absorbée en quantité appréciable dans l’organisme, résultant ainsi en une augmentation de l’activité antioxydante dans le sang. Ce flavonoïde ainsi que d’autres composés antioxydants de l’oignon pourraient contribuer à diminuer l’incidence de certains cancers. De plus, il est maintenant bien démontré que les flavonoïdes, dont la quercétine, ont une action protectrice contre l’oxydation du cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol). Ainsi, une consommation élevée de flavonols et de flavones issus de l’alimentation est associée à un plus faible risque de maladies coronariennes.

Ne pleurez pas!
Vous pleurez quand vous cuisinez l’oignon? Séchez ces larmes… La molécule responsable des propriétés lacrymales de l’oignon — du nom de thiopropanethial S-oxyde — est libérée lorsqu’on défait le bulbe. Elle est très soluble dans l’eau. Ce qui veut dire qu’elle peut être éliminée lorsque l’oignon pelé est rincé sous l’eau ou s’il est préalablement refroidi.

Composés sulfurés. Ces substances sont nommées ainsi car elles contiennent un ou des atomes de soufre dans leur structure chimique. Tout comme pour l’ail, les composés sulfurés se forment lorsque l’oignon est coupé. À ce moment, l’alliine (une molécule inactive et inodore de l’oignon) entre en contact avec un enzyme et se transforme en composés précurseurs de l’odeur, de la saveur et des propriétés lacrymales de l’oignon. Une série de réactions s’ensuivent, dont les produits finaux sont un mélange complexe de composés sulfurés contenus dans l’oignon. Certains de ces composés limiteraient la multiplication de cellules cancéreuses5, en plus de jouer un rôle dans l’activité antiplaquettaire attribuée à l’oignon.

Saponines. Ces substances ont la capacité de diminuer le cholestérol sanguin chez l’animal et la coagulation sanguine in vitro, deux effets recherchés afin de mieux prévenir les maladies cardiovasculaires. Le rôle de ces composés est cependant peu connu chez l’humain.

Composés contenant du sélénium. Tout comme le brocoli et l’ail, l’oignon a la capacité d’accumuler le sélénium provenant du sol, ce qui mène à la formation de composés contenant du sélénium. Même s’il est difficile de quantifier leurs bienfaits, ces substances pourraient contribuer à l’effet protecteur de l’oignon contre le cancer. Les recherches se poursuivent d’ailleurs en ce sens.

Publié par

Tomate

Tomate Marche en ligne a Dakar

La tomate, on sait toutes que c’est un fruit léger, riche en fibres, en vitamines et en minéraux comme le fer, le calcium, le zinc ou encore le magnésium. Mais concrètement, qu’est-ce que tout ça peut nous apporter d’un point de vue « santé » ? CuisineAZ nous dit tout, et nous révèle 10 bienfaits insoupçonnés de la tomate sur la santé.

Anti-cancer
La tomate est un fruit très riche en lycopène ; un composé qui lui donne sa couleur rouge, et qui, selon de nombreuses études, permet de prévenir l’apparition de certains cancers comme le cancer du sein, de la prostate, de l’estomac ou encore du côlon.

Tomate Cerise Ronde

Cœur
En effet, de récentes études ont démontré que grâce à ses composants, les gens qui mettaient régulièrement de la tomate dans leurs menus avaient des chances de voir leur taux de mauvais cholestérol (LDL) baisser ; une consommation fréquente de tomate permet également de réduire le risque d’AVC chez les individus.

Rester jeune
La tomate est riche en vitamine E, en vitamine C, en bêta-carotène et en lycopène, des composés qui possèdent tous un fort pouvoir antioxydant. C’est donc un fruit parfait pour lutter contre les radicaux libres, des composés responsables du vieillissement prématuré de nos cellules…

Stimuler le transit
Eh oui : grâce à sa richesse en fibres, la tomate est idéale pour relancer en douceur les transits intestinaux un peu paresseux, et nous aider à retrouver un ventre plat. Mais attention : pour profiter au mieux des fibres de la tomate, on n’oublie pas de la manger avec la peau, sans la peler.

tomate livraison a domicile

Effet bonne mine
Même si elle n’a pas la couleur orange de la carotte, la tomate est un fruit riche en bêta-carotène, un pigment qui favorise la création de mélanine et est idéal pour nous donner un joli teint hâlé sans avoir à passer par la case « soleil » !

Protéger notre peau
En été, pour éviter de devenir rouge comme une tomate en s’exposant au soleil, il ne faut pas oublier de faire le plein de tomates dans nos assiettes avant de partir en vacances ! En effet, le lycopène est un pigment créé par la tomate pour se protéger des rayons ultraviolets du soleil, et qui a le même effet sur nous ! Parfait pour garder un teint abricot tout l’été, et préserver notre capital solaire par la même occasion…

tomate olivette livraison a domicile

Garder la ligne
En été, quand elle est arrivée à sa pleine saison, il ne faut pas hésiter à user et abuser de la tomate au moment des repas : avec à peine 18 calories pour 100 grammes et une teneur en eau d’environ 95%, c’est un aliment ultra-léger, ultra-digeste et ultra-hydratant sur lequel il ne faut pas faire l’impasse !

Hypertension artérielle
Grâce à sa richesse en vitamines A, C et E, mais également en calcium, en potassium et en lycopène, la tomate empêche le mauvais cholestérol de s’attacher aux parois des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne leur hypertrophie, et l’augmentation de la tension artérielle.

Diabète
En raison de sa richesse en lycopène (encore lui !) et en chrome (un oligo-élément très important dans le processus de métabolisation du glucose), la tomate pourrait améliorer le contrôle de la glycémie et prévenir l’apparition du diabète de type 2.

Tomate Cerise ronde Marche en ligne a Dakar

Arme anti-acné
Dernier bienfait santé que l’on peut reconnaître à la tomate ? Le lycopène (toujours lui !) qu’elle renferme est une substance qui a été reconnue très efficace pour lutter contre l’acné et les petits boutons qui viennent parfois se taper l’incruste sur notre visage. Mais attention : pour en profiter, il faut consommer des produits dérivés de la tomate (jus, ketchup, etc.).

Source: https://www.cuisineaz.com/

Publié par

Citron Vert

Les bienfaits du citron vert sur la santé incluent la perte de poids, le soin de la peau, l’amélioration de la digestion, le soulagement de la constipation, le soin de la vue ainsi que le traitement du scorbut, des hémorroïdes, de l’ulcère gastroduodénal, des troubles respiratoires, de la goutte, des affections des gencives, des troubles urinaires, etc.

Le premier fruit qui vient à l’esprit en terme d’usages médicaux est ce célèbre citron. Cet agrume au goût acide peut faire ce que beaucoup de médicaments sophistiqués ne peuvent pas. Le citron vert, dont le nom scientifique est Citrus Aurantifolia, a été utilisé pendant des siècles pour le traitement de divers maux.

Le citron vert est consommé dans le monde entier sous forme de sorbet, de boissons, de cocktails rafraîchissants, de condiments, de confitures, de gelées, de goûters, de bonbons, de fruits confits, ainsi qu’en cuisine. L’huile extraite de son écorce ou de sa peau est largement utilisée dans les concentrés de boissons gazeuses, les huiles pour le corps, les produits cosmétiques, les huiles capillaires, les dentifrices, les savons de toilette et de beauté, les désinfectants, les bains de bouche, les déodorants et d’autres innombrables produits. Il existe de nombreuses variétés de citrons verts partout dans le monde, en particulier sous les climats tropicaux et méditerranéens.

Applications étonnantes du citron vert

Etudions les avantages et les utilisations médicales du citron vert.

Scorbut: Le citron vert est un remède bien connu contre le scorbut, une maladie causée par la carence en vitamine-C. Il est caractérisé par des infections fréquentes qui ressemblent aux symptômes classiques du rhume, avec les lèvres et les coins de lèvres gercées, des aphtes sur la langue et dans la bouche. Vous pouvez également reconnaître le scorbut par des gencives spongieuses, enflées et sujettes aux saignements. Étant donné que le scorbut est dû à une carence en vitamine C, son traitement n’est autre que la vitamine-C ; et le citron vert est rempli de cette vitamine essentielle.

Autrefois, on donnait du citron vert aux soldats et aux marins pour les protéger du scorbut, une maladie horrible et potentiellement mortelle à l’époque. Aujourd’hui encore, il est distribué aux ouvriers travaillant dans les environnements pollués tels que les chaudières, les magasins de peinture, les traitements thermiques, les cimenteries, les mines et autres milieux de travail dangereux, pour les protéger contre le scorbut.

Digestion : Le parfum irrésistible du citron vert fait saliver, ce qui facilite vraiment la digestion primaire (vous en avez l’eau à la bouche avant même d’y goûter). L’acidité naturelle du citron vert s’occupe du reste. Alors qu’ils décomposent les molécules de la nourriture, les Flavonoïdes, composés présents dans les huiles odorantes extraites du citron vert, stimulent le système digestif et augmentent la sécrétion de sucs digestifs, biliaires et des acides. Ce flux de flavonoïdes stimule également les mouvements péristaltiques. Cela explique la tradition des “pickles”, des morceaux de citrons macérés dans le vinaigre et servis comme condiments, consommés lors des déjeuners et des dîners en Inde, également dans plusieurs pays voisins.

Soin Pour La Peau : Le jus de citron vert et de ses huiles naturelles sont très bénéfiques pour la peau, en ingestion orale ou en application externe. Il rajeunit la peau, maintient sa brillance, la protège contre les infections et réduit les odeurs corporelles en raison de la présence d’une grande quantité de vitamine C et de flavonoïdes. Ce sont des antioxydants de classe 1, qui ont des propriétés antibiotiques et désinfectantes. En application externe sur la peau, ses acides gomment les cellules mortes, traitent les pellicules, les éruptions cutanées et les ecchymoses. Il peut également être utilisé pour créer un bain rafraîchissant en mélangeant son jus ou son huile dans l’eau du bain.

Constipation : La quantité importante d’acides présents dans le citron vert permet de purifier le système excréteur en nettoyant et en vidant l’appareil digestif, de la même manière dont certains acides sont utilisés pour nettoyer les sols et les toilettes. Les fibres du citron vert sont également utiles pour soulager la constipation, mais l’élément plus bénéfique est l’acidité élevée du citron. Une surdose de jus de citron avec du sel agit également comme un excellent purgatif, sans aucun effet secondaire, fournissant ainsi soulagement contre la constipation.

Diabète : Selon l’American Diabetes Association (Association Américaine du Diabète), le citron vert et les autres agrumes sont considérés comme des aliments bénéfiques pour les diabétiques pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les niveaux élevés de fibres solubles présentes dans le citron vert en font une aide alimentaire idéale pour aider à réguler l’absorption de sucre dans le sang, réduisant l’apparition des pics de sucre qui représentent un risque grave pour les patients diabétiques. En outre, citrons verts et autres agrumes ont un index glycémique bas, ce qui signifie qu’ils ne provoqueront pas de pics soudains des taux de glucose, au-delà des effets bénéfiques des fibres solubles.

Maladies Cardiaques : Cette même fibre soluble, qui peut aider les diabétiques à maintenir leurs niveaux de sucre dans le sang, peut également diminuer la pression artérielle et éliminer la présence de cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol). En outre, les fibres solubles peuvent réduire l’inflammation des vaisseaux sanguins, qui est une mesure préventive connue contre les maladies cardiaques, les crises cardiaques ainsi que les accidents vasculaires cérébraux.

Ulcère Gastroduodénal : En plus de la vitamine-C, le citron vert contient des composés spéciaux appelés Flavonoïdes (Limonoïdes comme le Limonin Glucoside) qui ont des propriétés antioxydantes, anti-cancérigènes, antibiotiques et détoxifiantes qui stimulent la guérison des ulcères peptiques et oraux.

Troubles Respiratoires : L’huile riche en flavonoïde qui est extraite du citron vert est largement utilisée dans des médicaments anti-congestifs comme les baumes, les vaporisateurs et les inhalateurs en raison de la présence du Kaempférol. Le simple fait de renifler un zeste de citron vert apporte un soulagement immédiat contre la congestion et la nausée.

Arthrite: Une des nombreuses causes d’arthrite est un excès d’acide urique se développant dans le corps. L’acide urique est un des déchets que la miction normale devrait dégager du corps, mais malheureusement, quand il se développe trop, cela peut aggraver la douleur et l’inflammation de l’arthrite. L’acide citrique trouvé dans les agrumes comme les citrons verts est un solvant dans lequel l’acide urique peut se dissoudre, augmentant les quantités qui sont éliminées dans l’urine. Les agrumes ont en général des propriétés anti-inflammatoires et peuvent être utilisés pour un certain nombre de problèmes d’inflammation.

Soins De La Vue : Encore la Vitamine-C ! Ses propriétés antioxydants protègent les yeux du vieillissement et de la dégénérescence maculaire. Par-dessus tout, les flavonoïdes les protègent contre les infections.

Fièvre : Si quelqu’un souffre d’une fièvre, les citrons verts et le jus de citron vert peuvent jouer un rôle très important. Les agrumes en général ont un pouvoir d’atténuation de la fièvre et si celle-ci est trop élevée, le régime du patient devrait être limité au jus de citron et à de l’eau. Cependant, si la fièvre est légère ou modérée, d’autres jus de fruit, particulièrement les jus d’agrumes comme le jus de citron vert, peuvent être pris pour réduire la fièvre à un niveau raisonnable. La vitamine-C, trouvée en hautes concentrations dans les agrumes, baisse naturellement la température du corps.

Goutte : Il y a deux causes principales liées à la goutte. La première cause, c’est l’accumulation des radicaux libres dans le corps et la deuxième, l’accumulation de toxines dans le corps, principalement l’acide urique. Les citrons verts peuvent aider à les empêcher. C’est une merveilleuse source d’antioxydants et de détoxifiants (la vitamine-C et les flavonoïdes) qui réduisent le nombre de radicaux libres et purifient le corps.

Gencives : Les premières causes des problèmes de gencive sont dûes une carence en vitamine-C (le Scorbut, qui entraîne des saignements et des gencives spongieuses) et la croissance microbienne. Parfois, les aphtes sont liées à des traumatismes physiques. Pour tous ces cas, le citron vert peut apporter quelque chose. Sa vitamine-C guérit le scorbut, les Flavonoïdes empêchent la croissance microbienne, le potassium et les Flavonoïdes quant à eux aident à guérir les aphtes et les plaies.

Hémorroïdes : Puisque le citron vert aide à guérir les aphtes et les plaies dans le système digestif puis dans le système excréteur tout en soulageant la constipation, il supprime toutes les causes premières d’hémorroïdes. Hémorroïdes est une appellation différente pour désigner les varices annales, un problème inconfortable située dans la région anale qui peut créer des saignements, provoquant ainsi un sensation d’inconfort que ce soit pendant l’excrétion ou en général. Ils pourraient aussi mener à certaines formes de cancer mais les citrons verts peuvent aider à empêcher leur formation ou leur résurgence.

Choléra : Bien qu’il ait disparu dans beaucoup de parties du monde, le choléra est toujours une maladie dangereuse et mortelle dans quelques endroits de la planète et heureusement, les citrons verts ou autres agrumes peuvent aider à lutter contre cette maladie souvent fatale. Le jus de citron vert, mélangé à de l’eau potentiellement infectée, s’avère être un désinfectant très efficace ; et est même régulièrement consommée après que quelqu’un ait été exposé à une eau infectée par le choléra, il peut réduire les décès. De nombreuses études ont été faites sur cette utilisation du jus de citron vert, particulièrement après la terrible épidémie de choléra en Guinée-Bissau en 1994.

Perte De Poids: Un verre d’eau chaude contenant le jus d’un citron vert entier est un excellent réducteur de poids mais aussi une délicieuse boisson rafraîchissante et antioxydante. L’acide citrique présent dans le citron vert est un excellent brûle-graisse. Vous pouvez en boire deux verres par jour et observer des résultats remarquables en une semaine

Troubles Urinaires: Le potassium élevé contenu dans le citron vert est très efficace dans la suppression des substances toxiques et autres substances qui se déposent dans les reins et la vessie. Les propriétés désinfectantes du citron vert aident aussi à guérir des infections urinaires. En outre, il arrête l’accroissement de la prostate (très commune chez les hommes de plus de 40 ans) et résout les difficultés à uriner qui peuvent venir du dépôt de calcium dans la voie urinaire.

Autres Avantages : C’est un bon apéritif et digestif. Il peut aider à guérir le rhumatisme, le cancer de la prostate et du côlon, le choléra, l’artériosclérose, la fatigue et même les fortes fièvres (contrairement à la croyance populaire). Son meilleur atout c’est qu’il n’a pas d’effets secondaires négatifs !

Publié par

Carotte

Les bienfaits de la carotte

C’est bien connu, les carottes sont bonnes pour la santé. D’ailleurs, enfant, nos parents et grands-parents se plaisaient à nous rappeler que manger des carottes donnaient les cuisses roses et rendaient aimable pour nous encourager à en manger. Aujourd’hui, rien ne prouve que cette croyance populaire soit vraie, mais ce légume particulièrement riche en bêtacarotène a en revanche de nombreux bienfaits scientifiquement prouvés pour notre santé. On fait le point sur tous les bienfaits des carottes et pourquoi elles sont un tel atout santé.

1. LUTTE CONTRE LES MALADIES
Les carottes ont des vertus antioxydantes et agissent comme des boucliers naturels contre le vieillissement, les radicaux libres et le stress oxydatif. Consommée régulièrement, la carotte peut donc aider à lutter contre les maladies et à rester en bonne santé.

legumes park nadio

2. EXCELLENTE POUR LA PEAU
Les carottes contiennent du bêtacarotène, le précurseur de la vitamine A, qui est la vitamine de la peau et des yeux. La carotte ralentit ainsi le vieillissement de la peau, lui permet d’avoir un meilleure aspect, une peau plus éclatante et un teint bonne mine. Elle favorise également la cicatrisation et est ainsi très utile en cas de brûlure car elle peut servir de cataplasme qui apaisera la blessure et accélèrera le processus de cicatrisation. Pour bénéficier de ces bienfaits, il suffit de râper les carottes crues sur la lésion pour une sensation d’apaisement quasiment immédiat.


3. LA CAROTTE EST PEU CALORIQUE
La carotte est l’aliment idéal pour les personnes qui suivent un régime et veulent perdre du poids, car elle ne contient que 40 kcal pour 100g. Consommée crue, juste épluchée, elle peut en plus satisfaire tous ceux qui ont envie de croquant et permet d’atteindre très rapidement la sensation de satiété.

Carotte

Autre énorme avantage de la carotte : elle peut être cuisinée de multiples façons ! Crue, cuite, glacée, râpée, coupée en rondelles, en purée, en soupe, en chips, en jus, en smoothie, les possibilités sont vraiment nombreuses, et il y a de quoi faire pour régaler ses papilles sans faire exploser le compteur de calories !

4. BONNE POUR LA VUE
Non, ce n’est pas une légende, les carottes sont en effet riches en vitamine A essentielle pour la vue. La vitamine A contribue à la santé de l’œil et diminue les risques de cataractes. Manger des carottes est donc une des 9 façons efficaces d’améliorer sa vue efficacement.

5. NOURRIT LES ONGLES
Si vous voulez avoir de beaux ongles, pensez à manger des carottes, car elles sont riches en vitamine B5, la vitamine qui favorise la croissance et la résistance de la peau, des ongles et des cheveux. En mangeant des carottes, vous contribuez donc à rendre vos ongles plus forts, plus beaux et moins cassants.

Carotte

6. PERMET D’AVOIR DE BEAUX CHEVEUX
Toujours grâce à cette teneur en vitamine B5, manger des carottes permet également d’avoir de beaux cheveux, plus élastiques, et de contribuer à contrer la chute des cheveux ainsi que l’apparition des cheveux blancs.

7. BONNE POUR LE FOIE
Consommer des carottes crues apporte des enzymes qui prendront soin de votre système digestif. Les vitamines A, B, C et E, ainsi que les minéraux dont elles regorgent sont un atout santé car elles aident ainsi votre foie à bien fonctionner.

8. PROTÈGE DE LA MALADIE D’ALZHEIMER
Le caroténoïde et la lutéoline, les pigments qui se trouvent dans ce légume, peuvent réduire les déficits de mémoires et renforcent le cerveau. Sur le long terme, cela contribue à diminuer les risques de contracter la malade d’Alzheimer.

Carotte livraison Dakar

9. IDÉALE POUR L’ESTOMAC
Les jus de carottes sont bons pour la cicatrisation de l’estomac. Si vous êtes sujettes aux ulcères d’estomac, pensez-y ! Il est temps de manger des carottes.

10. POUR DES OS SOLIDES
Encore un des nombreux bienfaits des carottes, car elles renforcent les os grâce à la vitamine A et au phosphore qu’elles contiennent.

Vous l’avez compris, la carotte a définitivement de quoi nous séduire : on peut la préparer sous toutes les formes, à toutes les sauces, et elle a tellement de bienfaits pour notre santé et notre organisme que ce serait dommage de s’en priver.

Alors n’hésitez plus à mettre de la carotte dans vos assiettes ou à la déguster crue, en batonnet, pour votre prochain apéro. Votre peau, vos yeux, vos ongles, vos cheveux, votre foie, votre mémoire, vos os et même votre ligne vous diront merci !

http://www.doctissimo.fr
Publié par

Betterave

La betterave rouge est un aliment particulièrement riche en vitamine C, qui possède une teneur élevée en antioxydants et en fibres.
De plus, la betterave contient également de nombreuses vitamines du groupe B (B1, B2, B3 et B6), et des minéraux (calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium, sodium, zinc et cuivre).
Par ailleurs, dans la betterave, on trouve aussi des carotènes et des sucres sous forme de saccharose.
Découvrez dans cet article tous les bienfaits de la betterave rouge.

Valeur nutritionnelle de la betterave rouge

La betterave rouge contient une source importante de bétaïne, d’où provient son nom. De plus, sa composition en eau est d’environ 80% par gramme.
Ce légume nous apporte les nutriments suivants :
• Calories : 43 kcal
• Glucides ou hydrates de carbone : 9,56 g
• Protéines : 1,61 g
• Graisse : 0,17 g
• Fibre : 2,8 g
Propriétés de la betterave rouge
• Les feuilles de la betterave contiennent une grande quantité de vitamine A et sont la partie qui comporte la plus grande quantité de vitamine C.
• C’est également un légume très riche en sucres et qui suppose un grand apport en fibres.
• Par ailleurs, la betterave présente une forte concentration en fer (3 fois plus que les épinards), ce qui renforce le système immunitaire pour stimuler la production d’anticorps et de globules blancs.
• De plus, elle possède des composés phénoliques, tels que les flavonoïdes qui en font une excellente source d’antioxydants.
En effet, la betterave contient 3 fois plus de composés phénoliques que la viande et le brocoli.
Bienfaits de la betterave rouge pour la santé
1. Elle fournit une grande quantité de fer
Le fer qui nous apporte la betterave s’assimile très bien dans le corps, ce qui n’est pas le cas d’autres légumes.
Ainsi, les betteraves aident à la formation de l’hémagglutinine, qui transporte l’oxygène et les nutriments vers différentes parties du corps.
La consommation habituelle de betteraves peut minimiser le manque de fer chez les personnes souffrant d’anémie ou de menstruations excessives.
2. Elle a un effet diurétique
La betterave aide à prévenir les problèmes d’œdèmes et à contrôler l’hypertension artérielle grâce à sa forte teneur en potassium.
En outre, les nitrates d’origine naturelle présents dans les betteraves aident à dilater les vaisseaux sanguins, en améliorant le flux sanguin et en réduisant la pression artérielle.
3. Elle combat l’ostéoporose

La betterave contient un minéral appelé silicium, qui est très important pour que l’organisme puisse utiliser efficacement le calcium.
Comme nous le savons, le calcium est essentiel pour les os et les dents. Ainsi, consommer un verre de jus de betterave par jour permet d’éviter les maladies telles que l’ostéoporose et la fragilité des os.
4. Elle aide à contrôler le diabète
La betterave possède un faible taux glycémique, ce qui aide à libérer le sucre lentement dans le sang.
C’est un légume pauvre en calories et sans graisses et qui convient parfaitement aux personnes diabétiques. En effet, celles-ci peuvent incorporer la betterave à leur alimentation quotidienne pour satisfaire leurs envies sucrées.
5. Elle a des propriétés dépuratives
La betterave stimule les fonctions hépatiques intestinales et rénales, puisqu’elle accélère l’expulsion des toxines et des déchets.
En outre, elle possède également une fonction laxative, de sorte qu’elle nous aide à lutter contre la constipation.
6. Elle régule la glande thyroïde
Enfin, grâce à sa forte teneur en iode, la betterave équilibre le taux de ce minéral dans l’organisme et aide à réguler la glande thyroïde.
Les personnes qui souffrent de problèmes provoqués par la glande thyroïde ont besoin de consommer beaucoup d’iode.
Comment choisir et conserver les betteraves ?
• Il est préférable de choisir les betteraves qui ont les racines de la même taille : de cette façon, leur cuisson sera régulière.
• Il est recommandé de choisir de préférence des betteraves lisses, fermes, charnues, rondes et sans taches.
La betterave sélectionnée doit avoir la chair de couleur rouge intense et les feuilles vertes car cela indique que la racine est jeune.
• Nous devons éviter les feuilles trop longues et rugueuses des betteraves car elles seront plus dures, fibreuses avec un goût plus prononcé.
• Si nous les conservons dans un sac en plastique dans le réfrigérateur, elles peuvent durer de 2 à 3 semaines.
• Les feuilles de la betterave doivent être conservées séparément, dans un sac en plastique, sans les laver. Sans réfrigération, elles peuvent se conserver de 3 à 5 jours.
• Il n’est pas recommandé de congeler la betterave crue, car elle ramollit.
Comment consommer la betterave rouge ?
• La betterave peut être consommée en salade ou cuite, bien qu’elle conserve davantage de propriétés quand elle est crue.
• Si vous la consommez crue, vous pouvez la râper et l’assaisonner avec un peu d’huile et de citron. Cependant, la betterave est plus digeste si elle est cuite.
• Pour la cuisson, il suffit de les introduire dans de l’eau bouillante salée, sans les peler, afin qu’elles ne perdent ni leur saveur ni leur couleur.
Il est conseillé de les bouillir pendant au moins une heure.
• Vous pouvez également les préparer au four. Pour cela, vous devez les placer dans le four et les cuire jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres. Cuites de cette façon, elles conserveront presque toutes leurs propriétés.
• Il n’est pas recommandé de les acheter sous vide, car elles auront perdu beaucoup de leurs propriétés et autres bienfaits.
Le jus de betterave nous permet de lutter contre les radicaux libres qui provoquent le vieillissement. De plus, il améliore le rendement, ce qui fait qu’il est également très conseillé pour les sportifs. Dans l’article suivant, nous allons partager avec vous tous les bienfaits que vous ne connaissiez pas à propos du jus de betterave